AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Noyer mes problèmes au fond d'un mec} Stephen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
✔ INSCRIT LE : 17/07/2015
✔ MESSAGES : 67

MessageSujet: Noyer mes problèmes au fond d'un mec} Stephen   Mar 18 Aoû 2015, 17:01


Noyer ses problèmes au fond d'un mec

Stephen & Alex

Je n’avais jamais vécu une scène comme aujourd’hui. C’était tellement éprouvant, toute l’équipe est revenue sur le cul. Nous étions crevés, nous ne voulions que finir cette p*tain de journée. Moi, j’avais plus qu’envie de boire … j’avais soif, plus que soif. Je revoyais ces visages nous regarder, tous impuissants devant ce qu’ils voyaient… devant ces corps inertes, sans vie. Toujours des cadavres… toujours trop tard… Et on annonce la mauvaise nouvelle aux familles, toute cette pression… aujourd’hui c’était la goutte… À quoi pouvait bien rimer s’accrocher à la vie, si le destin de certains finissaient dans un bain de sang, démembrés, détruits ou peu importe quelle tragique situation…

La journée était plutôt fraîche, quelques nuages ça et là décoraient le ciel et les rayons du soleil se faisaient discraits aujourd’hui. J’avais fait mon jogging en me levant ce matin et j’étais partie au boulot à la hâte. L’unité avait été appelée sur le champ pour une affaire de meurtre sordide, les dégats étaient énormes et nous avions peu de temps pour coincer le tueur… un vrai cinglé qui tuait tout sur son passage, sans scrupule, tout y passait. Femme et enfant, vieillard, handicapés… bref, on avait affaire à un serial killer loin d’être professionnel disons-le.

La tension était là, pénible dans les bureaux et Obs essayait tant bien que mal de se contenir devant ces photos qu’il nous faisait passer à tous. Des enfants… des êtres qui avaient leur avenir dans les mains, qui ne voyait pas le mal des gens… qui ne pensait qu’à s’amuser et vivre le moment présent. Le meilleur exemple du bonheur. Une femme enceinte… un couteau planté dans l’œil et ensanglanté à un point tel qu’on ne peut imaginer son visage. Le processus pour la poursuite se mit en branle et nous quittâmes le poste aussitôt.

Dans les rues de New-York tout semblait paisible, nous nous apprêtames à interroger le voisinage du suspect et des victimes quand on entendit un coup de feu dans un appartement d’où on était. Il frappait encore. Toute l’équipe courut jusqu’à l’immeuble où la scène était une fois de plus des plus macabres. Décidemment, ce type ne pensait aucunement à ce qui avait devant lui. Arrivés dans l’appartement, deux décès fut constaté; un homme dans la quarantaine avec une petite fille âgée d’à peine 10 ans. La rage me prit soudainement, voyant le sang partout sur les murs… mais où était cet enfoiré bon sang?

[…]

Voilà que le pire arriva, nous nous retrouvâmes devant le suspect avec une victime en otage. Je l’avais poursuivis pendant trois patés de maison avant qu’il ne prenne cette jeune femme, étudiante probablement, auprès de lui en pointant son flingue. Je savais qu’il pouvait tirer à tout moment, cela faisait une semaine que les cadavres tombaient à cause de lui. Et ce petite visage qui me regardait me suppliant de faire quelque chose, de la sauver… Je devais agir avec précaution. Obs pointa également son arme sur lui alors que l’unité s’occupa peu à peu de l’encercler et l’obligeant de laisser tomber.

- Écoute, ça ne vaut pas la peine, je sais pas ce qui se passe dans ta tête, mais abandonne, nous sommes six sur ton cas et je te jure que tu n’en sortiras pas vivant si tu décides de tirer sur elle. dis-je spontanément.

Mon cœur battait rapidement, de plus en plus rapidement… je devais faire preuve de sang froid… trop de victimes avaient été sous son emprise, je ne voulais pas en faire une de plus.

- Tu tires, on tire tous! Rajoutai-je de plus belle

Ses yeux, son sourire ironique, il se foutait royalement de nous. Ma foi il se foutait de ce qui se passait en ce moment. Un gars sans scrupule oui. Il approcha son pistolet jusqu’à la tempe de la jeune fille. Nous lui crions de lâcher son arme, de nous écouter et de suivre les procédures, mais tout ce qu’il faisait était de rire.

- C’est quoi ton nom? Allez dit nous ton nom! Explique nous pourquoi tu fais ça, tu te rends pas compte que de ce que tu fais?

- Tu parles, ouais je connais bien votre histoire, un coup je vais vous avoir expliquer, vous allez m’arrêter et vous allez me foutre en cellule et m’oublier.

- Tu penses qu’on va te laisser partir comme ça, dans les rues de New-York comme si de rien n’était alors que tu as fait douze victimes? T’es un malade!

Je regardai mon collègue en lui faisant signe de ne pas en rajouter, il fallait qu’elle s’en sorte. Il le fallait. Pourtant les prochaines secondes furent les pires de toute ma vie. Ce son, ces cris de douleur, ce rire macabre… Il avait tiré… il avait appuyé sur la gachette. Non non non non non! Je courus sur la jeune fille en la serrant dans mes bras.. Obs et deux des garçon de l’unité entama une nouvelle poursuite qui cette fois-ci fut concluante. Pendant qu’ils l’escortèrent au poste, je m’occupai d’assister les premiers secours jusqu’à la venue des ambulanciers… mais le décès fut vite constater. Je criai de tout mon être, toute cette frustration, cette énergie pour en arriver là… Des victimes innocentes qui n’ont rien à se reprocher, qui sont tombées sur plus fort qu’eux, un destin décousu…

Nous retournâmes au commisariat pour faire nos rapports des corps trouvés aujourd’hui et pour faire le compte rendu de la poursuite de ce cher Moglianni. Un schizo évadé de l’aile psychiatrique qui s’imaginait être le bras droit de satan et ayant la mission de tuer ces personnes qui méritaient leur sort. J’avais la mine basse, je n’arrivais plus à me concentrer. J’étais éperdumment en colère, je ne l’ai pas sauvé… Sous l’impulsion du moment, je me levai de ma chaise et bousculai tout ce qui se trouvai sur mon bureau, tout en prenant ma veste pour quitter le poste. C’était de la merde tout ça! Joey m'accrocha par le bras, mais il reçut la plus violente des gifles pour ce qui avait dit au tueur:

- Tu aurais du fermer ta gueule! Tout est de ta faute! dis-je en le menaçant du regard.

[…]

Arrivée au bar, je pris ma bière, puis deux et finalement une dizaine. Obs vint me retrouver pour me faire la morale bien entendu et pour me sortir ce cliché qu’on ne pouvait pas faire autrement, que je ne suis pas responsable et blablabla…et surtout qu'il ne voulait pas d'engueulade d'enfants dans son unité. Je m’en foutais, je ne voulais plus faire ce job… Je dis à mon cher patron de foutre le camp, que je ne voulais plus entendre ses salades, tout ce que je voulais c’était de m’évanouir pour oublier cette journée. Je n’étais pas du genre à verser des larmes, mais j’étais tout simplement dépassée et je ne pouvais me contenir. Une autre bière… je n’étais pas assez déconnectée…


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Noyer mes problèmes au fond d'un mec} Stephen   Mar 18 Aoû 2015, 19:20


Noyer ses problèmes au fond d'un mec
Alex D. Parker & Stephen Wren

Ce soir j'avais décidé de sortir seul, je m'étais donc rendu à Brooklyn et l'un de ses nights clubs. MA blessure était toujours au même stade et j'avais bien hâte que ça s'arrange, même si j'avais Maëlya maintenant, j'avais besoin de retrouver ma vie de militaire. Mais je devais encore prendre une grande décision, je savais que ma petite amie refusait que je quitte l'armée mais la question m'obsédais de plus en plus. Arrivé au night club, je m'étais rendu au bar et commanda une bière. A mes côté une jeune femme brune qui semblait avoir passé une grosse journée et pas la meilleure qu'il soit. Je connaissais trop bien cette tête des dures journées. Je me tournais vers elle un peu inquiet.Tout va bien? J'avais deux possibilités soit elle m'envoyait chier, soit elle me répondait. Face à une personne ayant bu il était difficile de savoir d'avance les réactions.
Revenir en haut Aller en bas
✔ INSCRIT LE : 17/07/2015
✔ MESSAGES : 67

MessageSujet: Re: Noyer mes problèmes au fond d'un mec} Stephen   Ven 21 Aoû 2015, 16:30


Noyer ses problèmes au fond d'un mec

Noyer ses problèmes au fond d'un mec
Stephen & Alex

J’ignorais éperdumment ce que j’allais dire à l’équipe demain, encore une fois avec la gueule de bois et incapable de bien réfléchir. Ils allaient m’en vouloir c’est certain et je ne pouvais pas faire autrement, car je m’en voulais tout autant. Je regardai ma bouteille, j’allais bientôt la terminer, une autre m’attendait l’autre côté du bar. J’étais concentrée seulement sur mes pensées, ma bière et à quel point j’étais une imbécile de me réfugié ainsi dans l’alcool, toujours aussi paisible. Sale dépendance, la drogue c’était terminée pour moi, mais l’alcool allait être plus difficile et je le savais. Enfin bref, j’étais totalement perdue dans mes pensées quand un type m’abordai l’air un peu à s’en faire pour moi. Si j’allais bien? Vraiment? J’avais l’air de bien aller? Peut-être était-ce un type qui cherchait seulement la compagnie et qui savait pas comment parler aux gens, alors il s’occupait simplement de poser des questions qui, logiquement, étaient si évidente à répondre. Seulement, tout ce que je voulais ce soir c’était d’oublier toute ma journée, ces corps, les yeux suppliants de cette pauvre fille.

- Non pas vraiment. Dis-je exaspéré…

Je le regardai un moment, de haut en bas, je me le permettais. Sexy, en apparence musclé, peut-être un personne aussi dépassé que moi, ses yeux ayant l’air d’en avoir vu autant que moi sinon plus. J’étais attirée par cet homme, ce qu’il pouvait bien raconter…

- Dure journée, mais au fond, elles se ressemblent toutes après tout.

Rajoutai-je avec un mince sourire, tout en levant ma bouteille à sa santé. Je me tournai sur mon banc pour assister au spectacle de jeune amateur qui se déroulait sous mes yeux. Des chanteurs, des musiciens, on aurait dit un spectacle de jeunes talents, des producteurs pouvaient probablement être dans la salle. Les lumières se tamisaient peu à peu, le premier groupe se mettait en place, les premières notes se firent entendre. Quatre ou cinq dernières gorgées, je fis signe tout de suite au barmaid de me donner une autre bouteille tout en lui lançant le dernier 5 dollars qu'il me restait. Puis, mes yeux, avant de se poser sur le groupe qui cartonnait devant moi, déviait sur le beau brun toujours assis près de moi.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Noyer mes problèmes au fond d'un mec} Stephen   

Revenir en haut Aller en bas
 
Noyer mes problèmes au fond d'un mec} Stephen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Renverser le gouv haitien n'est pas une solution aux problèmes d'Haiti !
» Problèmes d'affichage du dinosaure (plusieurs images) [OK]
» me noyer ? plutôt dans tes yeux qu'ici... [ A ]
» Une renommé qui fait noyer quelqu'un
» LE DIX COUPS DU PRESIDENT ?POLITIQUE PAS ! FOND ,FORME ,STYLE PAS!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New York Excelsior :: Corbeille :: Corbeille-