AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un premier essai, un premier échec } Amy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
✔ INSCRIT LE : 15/08/2015
✔ MESSAGES : 11

MessageSujet: Un premier essai, un premier échec } Amy   Ven 28 Aoû 2015, 19:32


Un premier essai, un premier échec

Beaucoup de choses s’étaient passés ces derniers jours qui m’avaient profondément chamboulés. Ma mère m’avait retrouvé.. .elle avait pris la peine de faire des recherches et de m’écrire en ayant bien sûr, enfin je crois, la possibilité en tête que je pourrais mal la recevoir. J’avais beaucoup réfléchis, je relisais sa lettre chaque soir avant de m’endormir. Je relisais à quel point je lui manquais, qu’elle était désolée, et c’était vraiment signé maman… je ne pouvais presque pas le croire, mais une voix dans ma tête me disait sans relâche que c’était bien elle et que je devais faire quelque chose.

Parlant de faire quelque chose, j’avais vu qu’un bar dans le Bronx annonçait une soirée scène ouverte où des gens pouvaient dévoilés leur talent. J’eus l’idée de sortir une de mes compositions pour peut-être m’essayer sur une scène enfin. Par le fait même, je crus bon d’inviter ma mère pour qu’on puisse repartir là où les choses s’étaient laissées et qu’elle voit également que j’étais musicienne. Je voulais son soutien ce soir, même si je ne l’avais jamais vu. Je crois que c’était cela que j’avais besoin en fait pour me lancer. J’essayai de la contacter, avec le numéro qu’elle m’avait laissé. Deux coups sonnèrent, puis trois et j’entendis la plus belle voix de la terre. Les larmes me montèrent au yeux illico. Ce simple «  Oui allo?? » Je repris mon souffle et expira un bon coup avant de prendre la parole :

- Mam…Maman?! C’est moi, c’est Erin…

J’eus un mince sourire, ce sourire qui voulait dire enfin je te retrouve. J’étais si tiraillée, mélangée entre la douleur et l’espoir, l’amour et la haine..

- Ma chérie, je suis si heureuse d’entendre ta voix.. comment vas-tu ?

- Pas très bien en faite, mais maintenant que tu es là, j’imagine que j’irai mieux. Maman je voulais t’inviter à New-York… à une soirée scène ouverte… on pourrait se voir et après mon numéro aller manger un morceau?!

- Eum…ouais je vais devoir trouvé un vol Vancouver jusqu’à New-York, mais je crois bien que je peux faire cela pour ma petite fille…

« Ma petite fille! » Ces mots étaient si soulageant et réchauffait mon cœur plus que jamais. Je ne pouvais pas croire qu’elle ferait cela pour moi, partir du Canada et se rendre jusqu’à New-York! Je lui expliquai un peu le chemin et lui demandai également de prendre quelques jours de congé pour les passer avec moi, je l’hébergerai et tout. Elle acquiesça à mon plus grand bonheur…!


[…]


C’était maintenant la soirée tant attendu. J’avais téléphoné à l’organisatrice de la soirée pour qu’elle me sédule une place pour passer sur scène. J’attendais ce moment avec impatience… ma première fois sur une scène avec une de mes compositions et ce, devant ma mère. Arrivée au bar, avec ma guitare et ma partition, je donnai les infos au gars du son et me préparai dans la loge qui m’était attitrée. J’avais regardé dans les coulisses si ma mère était dans la salle… le siège était vide. Quelques minutes encore et je passais, cela lui laissait encore du temps. J’avais le cœur qui battait la chamade, tous ces gens qui étaient là. La personne qui me précédait était vraiment très douée, la mélodie jouée sur le piano et sa magnifique voix rauque. Wow ! Je la félicitai en la croisant dans les coulisses tout en prenant place sur le tabouret avec ma guitare acoustique. Je fermai les yeux un instant, respira et afficha un sourire en réalisant où j’étais ce soir… toute  ma vie j’avais espéré ce moment, cette lueur d’espoir. J’ouvris les yeux et commença a joué les premières notes toujours le sourire aux lèvres. Puis, mon regard ce posa sur le siège toujours vide… ma mère n’était pas là. Était-il arrivé quelque chose?! Est-ce qu’elle s’était dégonflée?... J’ignorais pourquoi, j’ignorais tout… Tout ce que je savais c’est que la boule que je n’avais plus était revenue… les notes s’étaient envolées, ma voix ne retentissait pu dans la micro… mes yeux s’embrouillèrent et ma poitrine s’enflamma… J’arrêtai tout, fit un tout autre spectacle en disparaissant de la scène, laissant les gens perplexes… C’était terminé… mais comment avais-je pu être aussi bête?

En sortant, je vis des gens un peu douteux de l’autre côté de la rue, mais je m’en fichais… je criais, je pleurais sans relâche…. Comment avais-je pu lui faire confiance… Mon cœur était cassé, détruit… comme ma guitare fracassée contre la brique de l’établissement… Tout le monde me regardait, oui je suis une cinglée… je commence à le savoir…

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice
avatar

✔ INSCRIT LE : 16/07/2015
✔ MESSAGES : 53

MessageSujet: Re: Un premier essai, un premier échec } Amy   Dim 30 Aoû 2015, 01:40



Un premier essai, un premier échec
Erin & Amy
I've been saving parts of my heart You can't break me, unbreakable I've been keeping you on my thoughts Don't go scream in fire If nothing is burning This time I'm the fighter Instead of the hurted I keep up these parts of me to remind you You can touch my iron heart if you try to My, my iron heart.

On ne sait jamais vraiment pourquoi, certaines périodes sont propices aux rencontres et d’autre à la solitude et l’introspection. Si depuis mon arrivée à New York, hormis dans mon boulot, j’avais été plutôt seule, depuis quelques semaines mon univers se retrouvait chamboulé. J’avais d’abord croisé la route de Jillian. Elle vivait dans le même quartier que moi, presque dans la même rue et je venais souvent au Trap la voir car c’est là qu’elle travaillait. Si je devais donner le nom de la personne dont je suis la plus proche, ici à New York, ce serait sans doute elle, malgré notre amitié que récente.
Et puis il y avait eu l’ange allemand. Erik. Sans lui, je serai sans doute morte en bas de cette jetée d’où j’avais sauté. J’aurais pu me noyer sans son intervention et sans savoir vraiment pourquoi, j’avais ressenti le besoin qu’il ne me tourne pas le dos, à moi, la borderline aux actions totalement folles. Et il ne l’avait pas fait. Mieux encore, je l’avais appelé à l’aide lors d’une autre crise et je n’étais tout simplement pas passée à l’acte. Il avait un effet positif sur moi je crois. J’en étais effrayée autant que ce sentiment faisait naître en moi le besoin et l’envie de le revoir.
Ce soir, c’est une autre rencontre que je m’apprêtais à faire, une rencontre des plus fracassantes. Pourtant tout avait commencé de façon plutôt calme et même agréable. J’étais passée prendre un verre en début de soirée au Trap, avant que l’ambiance ne devienne moins agréable. Ce bar miteux arrivait à donner l’illusion certains soir en organisant des soirées à thème. Ce soir, c’était scène ouverte. J’étais dingue de musique, ce que peu de gens savaient et j’aurais aimé avoir le cran de monter sur cette scène pour m’y produire comme d’autres le faisaient actuellement, mais je préférais rester assise là, au bar à siroter la fin de ma bière.
Au moment de régler l’addition, une petite nana, blonde et très jolie, succédait à la précédente au timbre de voix rauque et envoutant. J’aurais pu rester écouter la suite mais je bossais demain et pour une fois, je voulais essayer d’avoir une nuit correcte. Au moment où je quittais le bar, la blonde commencer à jouer. La musique s’estompait avec la fermeture de la porte derrière moi et d’un pas ni lent ni pressé, je me mettais en route pour mon appartement. J’avais une bonne marche à faire  mais ça ne me dérangeait pas le moins du monde. Sauf qu’à peine une vingtaine de mètres plus loin, la porte arrière donnant sur les coulisses s’ouvrait, et la jolie petite blonde que je croyais sur scène s’enfuyait en pleurant, prenant le temps au passage de fracasser la guitare contre le mur. Si ça ce n’était pas de la rage !
« Hey ! ça va ? » C’était une question purement rhétorique à laquelle d’ailleurs la blondinette, dans sa rage et sa tristesse, ne répondait pas, continuant de fuir les lieux comme la peste. Alors que je la voyais disparaître au coin du bâtiment, je préférais laisser tomber et repartir de mon côté. Oui mais voilà. Ce quartier, c’était pas celui des enfants de chœur et je n’étais pas sûre que dans son état elle puisse faire face à une bande de brute – quoique vu les dégâts infligé à sa guitare… ils auraient du soucis à se faire – je finissais donc par faire demi tour.
J’avais bien fait. Face à la blonde, trois types dont les intentions n’étaient pas dissimulées se dirigeaient droit sur elle. Ils lui barraient à présent le passage et je pressais le pas davantage. Je m’approchais d’elle en criant le premier prénom qui me venait à l’esprit et qui pourtant avait une signification pour moi. « Rose ! Je te cherchais partout ! Rose ! » J’arrivais à hauteur de la blondinette et lui attrapait le bras comme si on se connaissait depuis toujours. « Faut pas partir fâchée comme ça… Viens je te raccompagne, ma voiture est juste là. » Je l’embarquais sur le trottoir d’en face sans un regard pour les types à part pour vérifier s’ils nous suivaient.  Je n’avais bien sur pas de voiture, mais il nous fallait un prétexte. Tout ce que je voulais, c’était nous éloigner de la menace et c’était chose faites. Une fois à bonne distance, je lâchais son bras. « Tu devrais pas te balader toute seule dans le coin… » Certes, c’est ce que je faisais souvent mais là n’était pas la question. « Ces types font pas dans la dentelle. » Je n’étais pas en train de lui faire la morale, juste de lui faire réaliser qu’elle s’était mise en danger. Et dans ce genre de situation, je n’avais vraiment aucune leçon à donner.
« On devrait continuer à marcher… » Je l’interrogeais du regard et on se mettait en route. Après un moment de silence, je prenais la parole à nouveau – quand je vous dis que New york est en train de me métamorphosée… -. « Il s’est passé quoi au Trap ? Quand je suis sortie tu commençais à jouer, et je te retrouve quelques secondes plus tard en train d’exploser ta guitare contre le mur… T’es plutôt volcanique toi quand t’es contrariée ! » Je souriais légèrement en coin alors que je glissais mes mains dans les poches de ma veste en cuir.


© fiche:Mag', gifs:heapofgrace (Tumblr)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
✔ INSCRIT LE : 15/08/2015
✔ MESSAGES : 11

MessageSujet: Re: Un premier essai, un premier échec } Amy   Lun 14 Sep 2015, 05:57


Un premier essai, un premier échec

At this moment there are 6,470,818,671 people in the world. Some are running scared. Some are coming home. Some tell lies to make it through the day. Others are just now facing the truth. Some are evil men, at war with good. And some are good, struggling with evil. Six billion people in the world. Six billion souls. And sometimes — all you need is one..
Amy & Erin

Une jeune femme m’avait demandé si tout allait bien mais je lui fis signe d’oublier tout ça, non je n’allais pas bien, quelle question… Tout ce que je voulais c’était de dire à ma mère à quel point je la détestais. Puis, dans ma frustration, je ne m’étais jamais rendue compte que je m’étais dirigée dans une genre de petite ruelle bien gardée par des types par très catholiques. Ils se posèrent devant moi, m’empêchant ainsi de traverser. Je serrai les poings, les regarda d’un air menaçant, même si je devais pas leur faire bien peur. Je n’étais pas du tout d’humeur à me faire embêter… mais en même temps, je savais bien que j’étais en danger à cet instant précis, mais je m’en fichais, je n’avais plus rien à perdre.

Soudainement, j’entendis une voix féminine crier « Rose! Je te cherchais partout! Rose ! ». Il n’y avait aucune autre fille ici, exceptée moi et celle qui criait ce nom. J’ai donc pris pour acquis qu’elle s’était trompée de personne, mais elle me prit par le bras pour ainsi m’éloigner de ces petits cons. Elle me mit ensuite en garde, je lui souriai, maintenant calmée. « Je sais… je ne sais pas ce qui m’a prit, j’étais tellement dans la lune que je ne me suis jamais rendue compte que j’étais là… ». Sentir que quelqu’un voulait être là pour moi était le plus beau sentiment de la soirée. Disons que ce n’était pas ma foutue mère qui s’en était occupée ce soir.

En continuant à marcher, je voyais bien qu’elle s’était inquiétée pour moi, mais c’est à ce moment que je la reconnue; elle m’avait demandé si j’allais tout à l’heure alors que j’étais totalement en panique. « Il s’est passé quoi au Trap ? Quand je suis sortie tu commençais à jouer, et je te retrouve quelques secondes plus tard en train d’exploser ta guitare contre le mur… T’es plutôt volcanique toi quand t’es contrariée ! ». Pauvre fille, si elle savait qui j’étais, elle partirait en courant. Ce qu’il s’est passé… tout s’était déroulé de manière si rapide que même moi je n’ai pas réalisé toute la scène que j’avais pu faire. En allant reprendre la parole, j’entendis mon mobile vibré dans la poche de mon jeans. Je sortie mon téléphone et vis que ma mère tenta de m’appeler. Ma colère revint, mon cœur s’enflammai de nouveau, je sentais battre mon cœur comme si j’étais sous un tremblement de terre. Elle me faisait si mal. Je fermai aussitôt la sonnerie, évitant ainsi de lui répondre et je retournai à ma petite étrangère. « Si tu savais… tu me trouverais cinglée… ». Je soupirai. C’était tellement pathétique, je me sentais seule plus que jamais. J’aurais pu ne pas lui accorder autant d’importance, j’aurais pu me contenir, apprendre à gérer quoi. Mes pensées me fit monter les larmes aux yeux. J’échappai un petit rire en essuyant quelques goutes tout en me montrant désolée auprès de la jeune fille : « Je me sens tellement… idiote. Tout cela parce que ma mère m’avait promis d’être là et… » J’hochai la tête en constatant de plus belle à quelle point j’avais été bête de m’être emportée de la sorte. Ainsi, je ne pus me contenir et fondit en larmes, les cachant de mes mains. « Elle avait promis, tu comprends, tellement d’années sans sentir son parfum, sans me faire bercer, me raconter ses histoires d’amour, me consoler de mes peines d’amour… je  m’ennuyais de ma mère tu comprends »…. Ma mère n’avait pensé qu’à elle une fois de plus. Pourtant, je savais que je devais être compréhensive, le Canada était loin de New-York, elle avait une nouvelle vie, et moi… je tentais simplement de survivre en fait.

Je ne voulais pas comprendre… je voulais la haïr…. Ayant pris quelques minutes pour calmer ma tristesse, je réalisai que l’inconnue qui m’avait sauvé de quelques ennuies étaient toujours à mes côtés, m’écoutant, moi une fille tarée, presque bonne pour l’asile… Je ne comprenais pas, j’ignorais son nom mais à quoi bon… Les gens qui me côtoient, préfèrent rester loin de moi, alors je savais bien ce qui en était de la suite. Donc, pas besoin de faire les présentations. Par contre, ce qui était dommage, c’est que je sentais que je pouvais tout lui dire, je la trouvais si calme, si posée… les premières impressions peuvent trompeuses certes, mais je sentais que  je pouvais être moi sans me faire juger.


© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice
avatar

✔ INSCRIT LE : 16/07/2015
✔ MESSAGES : 53

MessageSujet: Re: Un premier essai, un premier échec } Amy   Mer 16 Sep 2015, 18:55



Un premier essai, un premier échec
Erin & Amy
I've been saving parts of my heart You can't break me, unbreakable I've been keeping you on my thoughts Don't go scream in fire If nothing is burning This time I'm the fighter Instead of the hurted I keep up these parts of me to remind you You can touch my iron heart if you try to My, my iron heart.

Alors qu’on s’était éloignées sans trop de problèmes des mecs louches elle s’excusait, avouant avoir eu la tête ailleurs. Aveuglée par la colère, je comprenais qu’on puisse ne plus prêter attention à ce qu’il se passe autour de soi. Elle aurait pu avoir des problèmes mais c’était au moins ça d’éviter. Sa soirée semblait suffisamment gâchée pour ne pas en rajouter. D’ailleurs, je me montrais un peu curieuse sur ce qu’il s’était passé dans le bar et qui lui avait valu une sortie des plus fracassantes. Je n’étais pas sûre qu’elle ait envie de se confier, car moi-même je n’étais pas du genre à me dévoiler. Si j’étais tombée sur une fille aussi secrète que moi, ça promettait.
Alors qu’elle me répondait que je risquais de la trouver cinglée, j’avais été incapable de retenir un léger rire dont moi seule étais consciente de la véritable origine. En matière de cinglée, j’étais une spécialiste. Alors elle pouvait bien me raconter n’importe quoi, j’étais sûre de ne pas me sauver en courant ou de rester choquée. Etre une fille qui défie la mort parce qu’elle ne se croit pas légitime d’être en vie, ça vous laisse une certaine marge avant de traiter les gens de cinglés. J’étais bonne à enfermée, j’en avis conscience. « Essaye toujours, je suis sûre que tu n’es pas aussi cinglée que tu le dis. » Face aux larmes d’Erin, j’esquissais un petit geste de réconfort en déposant ma main sur son épaule. Quelque part, elle me rappelait Rose et cette pensée me serra le cœur avant de le relâcher, mon cerveau faisant en sorte de repousser cette idée au plus profond de moi. La jeune femme finissait par me parler de sa mère et si elle se sentait idiote, je ne trouvais pas idiot d’être déçue de l’absence de celle qui devait compter le plus au monde. Elle fondait en larme et même si j’hésitais un moment, mon côté parfois un peu trop sauvage reprenant le dessus, j’avais fini par me rapprocher pour une courte accolade. Ce n’était pas le vrai long câlin mais croyez-moi, venant de moi c’était déjà beaucoup. Elle me déballait alors toutes les nuances de sa déception et je devinais son histoire. Une mère absente qui devait être là ce soir et qui semblait une fois de plus ne pas être au rendez-vous. « Je suis sûre qu’il y a une explication à son absence. » Je n’en avais aucune certitude,  mais c’était surement la meilleure chose à dire.  « Elle a peut être eu un imprévu, un problème. On ne sait jamais… Est-ce que tu as essayé de l’appeler ? Entre deux guitares fracassées ? » J’avais tenté de la faire sourire en la taquinant mais mon conseil lui, était sérieux. D’un geste très protecteur qui ne me ressemblait pourtant pas, je séchais ses larmes du bout de mes doigts et lui offrait un sourire. « ça va s’arranger. Je suis sûre qu’elle t’expliquera tout et que tu te rendras compte qu’elle était au moins aussi triste que toi de ne pas avoir pu t’entendre jouer. Laisse lui le bénéfice du doute. »

On avait continué de marcher et maintenant que le danger était loin derrière nous, je ralentissais le pas. « Bon en fait, j’ai pas de voiture, je voulais juste nous éloigner alors… Mais j’ai une moto si tu veux. Je peux te ramener si tu n’as pas peur de monter avec moi. » Je ne me voyais pas la laisser là, le cœur gros, pour rentrer chez moi comme si de rien n’était. Elle était touchante cette blondinette. D’ailleurs, je réalisais que je ne connaissais même pas son prénom. « Au fait, je m’appelle Amy. »


© fiche:Mag', gifs:heapofgrace (Tumblr)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un premier essai, un premier échec } Amy   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un premier essai, un premier échec } Amy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Mercenaires] Premier essai de liste
» Haïti-Premier ministre : Vers une entente entre le GPR et l’exécutif pour la rat
» Une figurine de votre personnage ! (premier essai)
» Premier essai catapulte du Mordor
» [RU Console] Premier Essai !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New York Excelsior :: New York City :: The Bronx :: Bars & Restaurants :: The Trap-