AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Anabella L. Blake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
✔ INSCRIT LE : 12/02/2016
✔ MESSAGES : 20

MessageSujet: Anabella L. Blake   Sam 13 Fév 2016, 03:20




Rares sont ceux qui ont assez de folie pour entreprendre de réaliser leurs rêves - Marc Lévy
.


Anabella L. Blake



♦ 30 ans ♦ Soigneuse Animalière ♦ Célibataire ♦ Ft Shantel Vansanten ♦ Others ♦








Signe(s) particulier(s) : ✘ Elle a peur de l'océan et refuse fermement d'y glisser un seul orteil. ✘ Elle a été dans le coma et avait conscience de ce qui se passait autour d'elle. Elle ne garde en souvenir que des flashs de ces longs mois ✘ Elle a l'ouïe fine et son odorat est très développé, conséquence de son coma qui l'a poussé à développer les autres sens que le toucher ou la vue.


Personnalité

Anabella, dite Ana, est une jeune femme joviale et passionnée, qui aime rire et faire rire. Son grain de folie en fait un vrai clown et sa maladresse renforce ce côté pétillant et léger que le sourire de la jeune femme traduit. C'est une incroyable gourmande, préférant le salé au sucré même si les bonbons - ceux qui piquent xD - sont son péché mignon. Très fidèle en amour comme en amitié, c'est une personne entière qui parfois se retranche derrière une certaine timidité. Mais la carapace n'est pas si difficile à briser et sa personnalité attachante et sa sociabilité font qu'en général, elle n'a pas trop de mal à nouer des liens avec les autres. A vrai dire, personne ne pourrait se douter que derrière sa personnalité plutôt solaire se cache un coeur brisé.
C'est une jeune femme indépendante, qui aime avant tout se faire son propre avis. Elle évite de juger les gens sans les connaître et son ouverture d'esprit est un véritable atout dans son métier. Engagée, elle refuse l'injustice et peut mobiliser toute son énergie pour la réparer ou pour faire éclater la vérité. Têtue, elle refuse de baisser les bras devant les difficulté.
Mais la demoiselle peut parfois être un peu susceptible voir capricieuse mais ce ne sont pas les traits dominants de sa personnalité. Elle peut parfois se montrer impulsive ce qui la met dans des situations un peu compliqués.
Dans sa vie privée elle a tendance à prendre la fuite dès que la situation devient problématique. Elle a beau savoir que fuir ne sert à rien, c'est presque un réflexe de survie chez elle. Elle rêve parfois de pouvoir s'envoler comme le font les rapaces qu'elle bichonne jour après jour.

Histoire du personnage


Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page.

Anabella est née à New York, il y a 30 ans. Elle a un frère, un peu plus âgé qu'elle avec qui elle a l'habitude de se chamailler - aujourd'hui encore - même si ces deux-là s'adorent. Le père d'Ana étant médecin militaire chez les Marines, la petite famille se retrouve à sillonner le pays au gré des mutations du chef de famille. Ce n’est pas toujours très évident de changer d’école en cours d’année, de perdre ses amis et de s’en refaire d’autres mais le côté sociable de Anabella lui permet de trouver sa place plus ou moins rapidement à chaque fois. A l’époque, elle n’est pas consciente de l’atout que représente cette vie de semi-nomade mais elle en retire aujourd’hui une certaine richesse culturelle puisque de New York à la Californie en passant par le Texas ou la Floride, les influences, les cultures et les traditions diffèrent. C'est une enfance plutôt heureuse avec une maman très présente qui tente de rendre, du mieux possible, l'absence du père moins difficile à supporter. Mais lorsque son père rentre de mission, il cherche à rattraper le temps perdu et ne rechigne jamais à profiter de ses enfants. L'école n'est qu'une formalité pour la petite fille qu'est Ana, profitant de ses facilités pour se la couler douce.

Sans musique la vie serait une erreur.

La passion de ses parents, la musique, ne manque pas de déteindre sur elle et son grand frère. A la maison, tout le monde joue d'un instrument de musique. Son frère apprend la batterie, sa mère joue du piano et du violon et son père joue de la guitare et de l'harmonica. Ana est une touche à tout, même si très vite la guitare et le piano se révèlent être ses instruments de prédilections. Mais ne lui demandez pas de chanter, sauf si vous souhaitez devenir sourds. Elle adore ça mais elle ne parvient jamais à chanter juste. Quant à ses talents de danseuse, ils sont inexistants même si elle adore se dandiner sur la musique au grand dam des personnes qui lui sont proches et qui en public prétendront aussitôt ne pas connaître cet énergumène.

La photographie n’a de sens que si elle épuise toutes les images possibles.
Ecrire, c'est aussi ne pas parler. C'est se taire. C'est hurler sans bruit.

Peu de temps avant son départ pour une énième mission, le père d'Ana lui offre un coffret d'écriture et un appareil photo. De cette façon, la petite fille pourra lui écrire pour lui raconter tout ce qu'elle voudra partager avec lui et pour qu'il puisse être au plus près de leur vie pendant son absence, Anabella est chargée de prendre des photos qu'ils regarderont à son retour. La petite fille se découvre une passion pour l'écriture et la photo et les séances album photo à chaque retour de mission de son père deviennent des rituels.

L'oiseau chante, même si la branche sur laquelle il est perché craque, parce qu'il sait qu'il a des ailes

L'autre grande passion d'Ana, ce sont les animaux et plus particulièrement les rapaces pour lesquels elle a une véritable fascination. Cette admiration date probablement de sa première rencontre avec un faucon apprivoisé par des vieux amis de ses parents. Ana possède même une photo d'elle, âgée de 3 ans, debout sur un fauteuil où un rapace se tient sur le dossier. Première rencontre et début d'une longue histoire.C’est très naturellement qu’elle se tourne vers une formation de soigneuse animalière. Elle ne regrettera jamais son choix, même au milieu des tâches les plus ingrates. Elle rencontre tout un tas d’espèces animales. Elle ne se sent à l’aise qu’entourer des animaux dont elle prend soin. Elle travaille dans différents secteurs au fur et à mesure de ses stages mais lorsqu’elle décroche enfin à New York, un poste au zoo qui l’emploie principalement  du côté de la volière, Ana est la plus heureuse. Elle aime chaque oiseau dont elle s’occupe même si ses petits chouchous restent les rapaces. Du faucon au vautour, elle prend un immense plaisir à les voir évoluer.

...son sourire suffisait à éclairer les plus tristes journées d'automne, quand la pluie tombe sans cesse, que vos chaussures détrempées font flic floc sur le macadam...

Côté vie privée, elle fait la rencontre de Clay. C’est presque un coup de foudre entre eux et tout vas très vite. Ils parlent rapidement de mariage et de famille. Ils ne freinent leurs projets que pour des questions matérielles, Clay venant seulement de lancer sa propre affaire. Agent sportif, il tente de signer de jeunes sportifs promis à une grande carrière. Mais dès que la stabilité sera là, le couple compte mettre à exécutions leurs plans.

La vie ne tient qu'à un fil.

Mais la vie d’Ana et Clay bascule il y a un peu plus d’un an. Alors qu’un aigle s’est enfuit du zoo et qu’il a été repéré dans un parc de New York, Ana est envoyée sur place avec quelques un de ses collègues pour récupérer l’animal. Alors qu’elle roule, elle voit le rapace survoler la route. Alors qu’elle prend soin de rester prudente au volant, un autre conducteur, surpris par le passage du grand rapace, perd le contrôle de sa voiture. Le choc est d’une violence extrême et la voiture d’Ana termine sa course dans un sale état. Il faudra beaucoup de patience et d’habileté aux policiers pour sortir la soigneuse de la carcasse de métal. Bien que consciente au moment de l’arrivée des secours, Ana perd rapidement connaissance.

Grièvement blessée, ses jours en dangers, elle est prise en charge par l’hôpital le plus facile d’accès. Les médecins font tout pour lui sauver la vie. Chaque heure qui passe est une victoire mais le diagnostique tombe rapidement. Ana est dans le coma. Personne n’est en mesure de prévoir si et quand elle se réveillera.
Pendant des semaines, Clay reste au chevet d’Ana. Il passe tout son temps hors du boulot à l’hôpital, ne passe à la maison que pour se changer ou prendre une douche. Il connaît par cœur les plats de la cafétéria de l’hôpital, devient un pro pour débloquer les distributeurs automatiques de friandises ou de boissons. Mais les semaines passent et l’état d’Ana ne montre aucune amélioration. Clay commence a raccourcir la durée de ses visites avant de les espacer. La vie reprend son court, il apprend à vivre sans Anabella à ses côtés. Et cela devient plus facile de jour en jour. Presque trop facile.

Je suis un cocon vide. Non, j’habite dans un cocon vide.

Ce que tout le monde ignore, c’est qu’Ana est pourtant encore là. Bien que dans le coma, elle se surprend a avoir conscience par moment de ce qui se passe autour d’elle. Elle découvre le ballet régulier des infirmières, chaque jour, presque à la même heure. La femme de ménage et sa petite radio portative lui apportent une dose quotidienne de musique. Elle entend la voix de Clay, chaque jour et tente à chaque fois d’ouvrir les yeux ou de bouger. Mais son esprit est prisonnier de son corps et personne ne semble comprendre que son l’aspect inanimé de son corps, son esprit vif est bel et bien présent.

Si je pouvais bouger, je pense que je ne le ferais même pas. Je resterais immobile pour ne surtout pas le déranger, silencieuse pour ne surtout pas le réveiller. Peut être que je m'autoriserais à tourner juste un peu pour le regarder dormir, mais ça n'irait pas plus loin.

D’autres voix se font entendre. Un médecin semble venir régulièrement dans sa chambre. Anabella prend un certain plaisir à l’entendre lui parler alors qu’elle ne le connaît pas. Et quand Clay commence à venir moins longtemps et moins souvent, le médecin lui donne l’impression que tout le monde ne l’oublie pas complètement. Mais comme tous les autres, ce dernier ne doit pas se douter qu’Ana pleure, crie, rit en dedans. Pourtant il passe parfois de longues minutes à lui parler. Parce que parler à une inconnue dans le coma est plus facile que de se confier à ceux qui nous entourent. Et la jeune femme se me met à guetter la venue de ce médecin. Sa voix a quelque chose de rassurant alors que Clay ne vient plus. Elle en vient a apprécier le rythme régulier de sa respiration quand il pique parfois un somme entre deux gardes dans le fauteuil qu'elle s'imagine près de son lit. Elle tente parfois de lui composer un visage mais quand elle pense au docteur Kovac, c'est sa voix qu'elle entend.

Les chagrins d’amour font un mal de chien, mais le vrai malheur, c’est qu’on peut aimer quelqu’un et être seul.

Un jour, Clay fait son retour. Ana a reconnu son pas depuis le couloir alors que la porte est restée entrouverte. Mais au son de sa respiration, elle comprend que quelque chose va se briser. Depuis qu’elle est privée de tous ses sens, son ouïe s’est considérablement développée. Et puis le couperet tombe. Clay a fini par rencontrer quelqu’un. Il jure l’avoir aimé, lui promet de ne jamais l’oublier. Il lui demande de le pardonner d’être trop faible pour continuer de l’attendre. Ana explose en dedans. Elle voudrait hurler, bouger, rattraper celui qu’elle aime plus que tout. Mais elle assiste impuissante à la fin de son histoire d’amour. Clay ferme la porte derrière lui et le bruit de la poignée est tout ce qui reste de leur histoire.

Je me rends compte maintenant que c'est facile de mourir. C'est vivre qui est difficile.

Pendant des semaines Ana, ne fait plus d’effort. Elle n’essaye plus d’ouvrir les yeux, ni de crier. A quoi bon ? Le médecin continue de venir et parfois il lui donne envie d’ouvrir les yeux pour lui répondre mais Ana ne parvient pas à reprendre le contrôle d’elle-même. Elle en est à espérer qu’on propose à sa famille de la débrancher. Vivre des années comme ça, elle ne l’imagine pas. Depuis des mois, dans sa prison, elle n’accumule que les frustrations.

Si je reste. Si je vis. C'est moi qui décide.

C’est la visite de son frère de retour d’une mission compliquée qui va lui donner une nouvelle impulsion. Il vient chaque jour lui parler. A elle, il raconte ses peurs, ses angoisses, ses traumatismes. Et face au besoin de son frère de la retrouver, Ana se lance à nouveau des défis. Elle s’accroche. Son frère doit repartir en mission mais elle se jure d’être réveillée quand il rentrera.
Des semaines plus tard, Ana crée quelques frayeurs au personnel en charge de sa santé. Son cœur s’affole parfois en présence de gens. Certains pensent qu’elle lutte pour revenir, d’autres ne voient là qu’un signe de l’épuisement de son organisme. C’est lorsque ce fameux docteur Kovac vient qu’elle tente le plus souvent de se manifester. Il est sa bouée de sauvetage, celui à qui elle se raccroche en attendant le retour de son frère.

Et le miracle arrive un jour. Le médecin n’est pas là, c’est la femme de ménage et sa musique qui l’entoure. La musique semble s’éloigner mais pas comme d’habitude. Ana panique.Et si c’était la fin ? Alors qu’elle croit plonger dans l’obscurité pour de bon, elle ressent à nouveau le tissu sur sa peau, la chaleur du soleil qui traverse la vitre pour caresser le bout de son nez. Ses paupières s’agitent difficilement comme si elles pesaient 3 tonnes chacune mais les cris de la femme de ménage qui alerte l’infirmière la plus proche finissent de lui confirmer qu’elle est à nouveau parmi les vivant.

S’en suivent de la rééducation, des tas de bilans et examens. Au début, c’est le noir total, Ana ne se souvient même pas de l’accident. Puis les images reviennent. Le choc. L’aigle. Les pompiers. Puis Clay. La rupture. Tout est toujours flou si bien qu’elle ne se souvient pas du médecin qui venait lui parler régulièrement. Elle ne remarque donc pas l’absence de ses visites depuis qu’elle a reprit connaissance.
Elle quitte l’hôpital pour une maison de repos et de rééducation. Elle fait des progrès à vitesse grand V et retrouve assez vite son emploi. Elle a tenté de reprendre contact avec Clay mais l’homme a comme disparu, changeant de numéro et d’adresse. Ana ne voudrait même pas essayer de le récupérer mais elle aurait aimé dire ce qu’elle n’avait pas pu dire le jour où il l’avait quitté.

L'amour, c'est peut-être comme une ombre, quelqu'un le piétine et part avec.

Il y a quelques temps, par le plus grand des hasards, c’est sa silhouette qu’elle repérait dans la rue. Alors qu’elle allait traverser la rue, Clay s’est retourné, un nourrisson accroché contre son torse et une belle blonde marchant à côté de lui. Pour Ana la claque est violente. Clay l’aperçoit et ce regard restera gravé à jamais en elle. Sans s’arrêter l’agent sportif c’est éloigné avec sa petite famille alors qu’Ana restait sur son bout de trottoir, clouée sur place.

Les plus belles années d'une vie sont celles que l'on n'a pas encore vécues.

Aujourd’hui, Ana continue d’exercer son métier du mieux possible. Même lorsqu’elle ne travaille pas, elle peut passer des heures au zoo à observer les oiseaux. Par moment, des flashs de son coma lui reviennent mais elle ne cherche pas forcément à se souvenir. Elle n’a pas tout perdu dans cette histoire. Les facultés auditive et olfactives qu’elle avait développées pendant son coma lui sont restées. Aujourd’hui, elle s’engage aussi auprès des malades dans le coma et passe bénévolement du temps avec ceux qui se retrouvent peut être dans la même situation qu’elle. Pour qu’eux aussi aient des flashs au réveil qui leur rappelle que même cloués sur un lit d’hôpital, quelqu’un est venu les voir.





♦ Qui es-tu mon petit lutin ? ♦






Pseudo : Mourtarde
Âge : 111 ans
Pays : Pays des lutins
Comment as-tu connu le forum ? : Mon mien
Premières impression sur le forum ? : Aura toujours une place particulière dans mon coeur
Scenario? : Non
Multi compte ? : Eileen K. Vaughan/Amy J. Livingston...
Présence sur le forum Autant que possible
Petit coup de pouce ? :
Code:
✘ Shantel Vansanten → [url=ne rien écrire]Anabella L. Blake[/url]



© fiche : Mag' - Avatar:Mag' - gifs: Tumblr


_________________
☼ We keep this love in a photograph... ☾

♫ And who are you hiding from? It ain't no life to live like you're on the run. Have I ever asked for much? The only thing that I want is your love. If you're gonna let me down, let me down gently. Don't pretend that you don't want me ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Anabella L. Blake
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anabella L. Blake
» Présentation Mike Blake
» Demeure d'Anita Blake
» F.T. d'Alexander Blake
» (n°16) Rêves et Réalité [PV Jason Blake]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New York Excelsior :: Gestion du personnage :: Présentations :: Validées-