AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Souviens-toi d'oublier... ~ {Pv Anabella}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
✔ INSCRIT LE : 11/05/2015
✔ MESSAGES : 27

MessageSujet: Souviens-toi d'oublier... ~ {Pv Anabella}   Lun 15 Fév 2016, 01:57



Anabella Blake


Luka Kovac


« Chaque blessure laisse une cicatrice, et chaque cicatrice raconte une histoire. Une histoire qui dit :

j'ai survécu. »





Au départ, ce n'était qu'une patient comme une autre...

Les journées passent comme des minutes défilant sur le cadrant d'une montre. Je ne sais d'ailleurs quel jour on était. Mais peu importe. Mon regard était fixe, observant avec attention les lèvres de ma supérieure hiérarchique, Kerry Weaver, juste face à moi. Mes yeux verts se perdaient sur chaque trait de son visage, agités par des mouvements facials à répétition depuis bien 5 minutes. Le bruit des machines de réanimation du service des urgences résonnaient dans mes oreilles tel un compte à rebours. Ma salive fut parfois étonnemment difficile à avaler, comme si cet automatisme m'échappait lui aussi. A vrai dire, je ne comptais même plus le nombre de choses qui pouvaient m'échapper dans ma vie en ce moment, au delà des patients dont on ne peut sauver la vie malgré notre hargne quotidienne. Cette frustration d'ailleurs, pouvait parfois prendre le dessus à tel point qu'elle nous faisait perdre pied. Douter. Mais le doute n'a pas sa place dans notre métier. Pas plus que la faiblesse ou l'incompétence.

Tout semblait se passer au ralentit. Une impression de déjà vu quand j'entendais enfin la fin de la phrase de Kerry. C'était d'ailleurs la seule chose que j'avais retenu de notre discussion au milieu du couloir de l'hôpital :

Vous devriez aller voir ce confrère au 4ème. Il est très performant Luka. Je suis sûr qu'il pourra comprendre votre situation et vous aider du mieux qu'il peut.

- à mon air interrogateur, je crois que Kerry comprenait que je n'avais écouté qu'une infime partie de son discours. Elle souffla, comme lassée par mon manque d'écoute à son égard :

Luka, je ne vous laisse pas le choix, c'est clair ? Allez voir le Dr Mayers vendredi à 13h, j'ai déjà pris rendez-vous. On discutera de tout ça après votre consultation.

Kerry tourna les talons sans même attendre une quelconque réponse de ma part, alors que sa béquille claquait contre le sol de l'hôpital, laissant un bruit régulier rythmer ses pas. Je soupirais à mon tour. Cela faisait un moment qu'elle m'invita à consulter ce psy au 4ème. Je n'en avais aucune envie bien entendu mais là, je n'avais plus le choix. C'était de toute façon obligatoire, qui plus est un ordre venant de ma supérieure. J'observais ma montre et constata que c'était à présent la fin de mon service. Enfin... ça l'était jusqu'à l'arrivée d'un incendie assez grave qui avait fait plusieurs victimes...




Quelques heures plus tard...


J'étais définitivement changé, alors que ma blouse maculée de sang avait prit la direction de la blanchiserie de l'hôpital que j'avais soigneusement transporté dans un sac prévu à cet effet. Pour cela j'avais dû traverser quelques services pour la rejoindre. Au delà de certains bonjours mécaniques à des collègues d'ailleurs que mon magnifique service des urgences, c'est au sol que j'apportais un intérêt tout particulier. Bien qu'agréablement propre, j'avais cependant machinalement relevé la tête en observant quelques chambres de patients ouvertes. Non pas que je faisais mon curieux, mais voir les patients d'une autre façon qu'en sang sur un brancard la majorité du temps, c'était autre chose. Une autre réalité. Celle de la guérison, de la lutte. Moi, je les aidaient juste à survivre, un premier combat pour ainsi dire. Mais furtivement, j'avais fais deux pas en arrière pour retourner à une chambre ouverte dont mon attention avait été retenue sur un visage qui ne m'était pas totalement inconnu.

Et c'est après avoir balayé le couloir du regard, à ma droite, à ma gauche, que j'entrais finalement sans savoir que cette chambre, cette personne, allait être mon échappatoire à tout ça pour les quelques semaines à venir...

Parce qu'au départ, ce n'était qu'une patient comme une autre...


Quelques semaines plus tard...


Anabella Blake. Voilà le nom de la jolie jeune femme que j'observais souvent en silence. Le service végétatif comateux de l'hôpital accueillait malheureusement un bon nombre de personne dans le même état qu'Anabella. Elle avait été une de mes patientes il y a quelques mois dont j'avais sû dès le départ que tout ne serait pas rose pour elle, loin de là. Ce genre de patient vous marque pendant quelques temps. Non seulement par leur accident qui les ont amené aux urgences de notre hôpital, certes, mais aussi par leur destin brisé dûe aux conséquences qui s'en suivent. Ils ont notre moyenne d'âge, on se dit qu'on peut être à leur place dans quelques minutes à peine peut-être. Ils sont jeunes et on se dit qu'il ont la vie devant eux. Ils sont âgés et on se dit qu'avec la vie qu'ils ont menés, ils ne méritaient pas ça. Personne ne mérite ça d'ailleurs. Anabella était devenue au fil des semaines une sorte de confidente. C'était dur de dire ça, mais au moins j'étais certain que ce que je pouvais dire dans cette pièce ne pouvait rester que entre moi... et moi. Je n'avais d'ailleurs aucune idée si cette femme pouvait entendre les inombrables détails de ma vie. J'espérais que non. Mais le coma reste et restera l'un des plus grands mystère de la médecine encore aujourd'hui. C'était comme un défouloir, je lui vidais mon sac. Parfois même, je venais chercher la tranquilité sans même lui dire un mot. Une petite bulle que je m'étais trouvé en espérant qu'un jour, cette pauvre jeune femme ouvre de nouveau les yeux pour continuer ou recommencer sa vie. Le silence avait majoritairement sa place quand je venais et je passais mon temps à somnoler parfois ou lire son dossier et les nouveautés qu'il pouvait y avoir. Sans grandes lignes malheureusement...


Quelques temps plus tard...


Cela faisait bien deux semaines que je n'étais pas allé dans la chambre 2155 du 7ème étage de l'hôpital. Comme à chaque fois, je m'attendais à y retrouver celle qui y demeurait depuis bien trop longtemps mais c'est un lit vide que je retrouvais finalement. Une incertitude m'envahissait. J'avais observé ce malheureux lit vide quelques secondes avant qu'une infirmière vint derrière moi :

Dr Kovac, vous veniez prendre des nouvelles de Mlle Blake ?

Où est-elle ? - m'attendant à une réponse négative sur son état. Ca ne m'aurait finalement pas étonné et d'ailleurs, c'était peut-être mieux pour elle que de finir ses jours dans l'état dans lequel j'avais pu l'observer ses dernières semaines :

Mlle Blake s'est réveillé il y a une semaine et demi environ. Elle a bien récupérée et elle est maintenant en service de rééducation. Vous comptez aller la voir ?

Non... non ça ira.

La jeune femme d'une vingtaine d'années à peine me souriait largement avant de retourner à ses occupations, alors que la nouvelle me laissait autant perplexe qu'heureux pour la jeune femme. Enfin... heureux tout est relatif chez moi. Ca ne se voyait pas sur mon visage mais je l'étais, vraiment. Elle avait encore de belles choses à vivre et sa place était loin de cet hôpital. La mienne aussi d'ailleurs, pour ces prochaines heures... J'avais donc fini ma journée dans un bar ce soir. Cette idée qu'Anabella Blake soit de nouveau réveillée me trottait dans la tête et j'aurais aimé savoir ce qu'elle allait devenir. En savoir un peu plus sur son état mais le fait que je me rendais souvent dans sa chambre pour rechercher de la tranquilité avait déjà fait du bruit dans les couloirs de l'hôpital...






Dernière édition par Luka Kovac le Jeu 18 Fév 2016, 03:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
✔ INSCRIT LE : 12/02/2016
✔ MESSAGES : 20

MessageSujet: Re: Souviens-toi d'oublier... ~ {Pv Anabella}   Mer 17 Fév 2016, 20:28

« J’ai besoin d’un câlin… » Et Mina m’accueillait dans ses bras avec toute la douceur d’une maman. Mina, c’était la femme de ménage qui pendant des mois avait rythmé mon quotidien de patiente dans le coma, sans même qu’elle n’en ait conscience. Quand je lui avais raconté ça, peu de temps après mon réveil, elle m’avait cru. Face aux mines perplexes de certains médecins, au sourire en coin de ceux qui me prenaient pour une rêveuse, la confiance de Mina me faisait du bien. Depuis 3 mois, depuis mon réveil, on avait tissé un lien et notre relation m’était précieuse. C’était toujours comme ça quand je croisais cette femme si généreuse. J’avais le droit à un gros câlin. On discutait pendant quelques minutes et elle repartait à son dur labeur pendant que j’allais rendre visite à d’autre comateux.

Je venais de rentre visite à un des patients du service, le dernier de l’après-midi. Après un rapide coup d’œil par la fenêtre, je constatais qu’il s’était mis à neiger. Pas étonnant vu le froid qui régnait dehors. Avant de rentrer, j’avais envie d’un grand café, de le siroter « chez Joe » juste en face de l’hôpital en bouquinant. Un sas de décompression avant de rentrer à la maison. C’était ça ou aller au boulot mais mes collègues finiraient par me jeter dehors à force de me voir traîner dans les parages en dehors de mes heures.

Refermant mon manteau jusqu’en haut et enfonçant ma tête dans ma grosse écharpe, je me lançais dans une bataille contre le vent froid et les flocons de neige. En réalité j’adorais ce genre de temps mais j’avais toujours été d’une nature frileuse. Paradoxal pour une new-yorkaise. Mais la chaleur du café m’accueillie et rapidement je défaisais les boutons de mon manteau et déroulait l’écharpe autour de mon cou. Je n’étais pas la seule en recherche de caféine – comme les médecins qui allaient affronter une garde de plusieurs heures -  ou de chaleur – comme ces mêmes médecins après leur garde interminable ou ces gens venus rendre visite et qui avaient besoin de réconfort. Je me glissais dans la file d’attente et rallumait mon portable. Je consultais rapidement mes messages alors que j’avançais petit à petit.

L’homme devant moi pu enfin passer commande. Il est difficile pour moi d’expliquer ce que j’ai ressenti à ce moment là. Je connaissais cette voix. Je la reconnaissais. Pourtant avant de l’entendre, j’aurais juré ne connaître personne avec cette voix suave et cet accent. D’ailleurs, la voix restait sans visage et de dos, je ne pouvais qu’observer la silhouette de l’homme devant moi. Grand. Brun. Un géant à l’accent étrange. J’avais tenté de me décaler mais c’était le risque de perdre ma place. Je m’accrochais donc à chaque petit échange qu’il pouvait avoir avec Joe, le patron du café, et dieu merci pour moi, ils semblaient bien se connaître. Mon cœur me disait que je connaissais cette voix alors que mon cerveau cherchait en vain à comprendre pourquoi je ressentais une telle sensation. Je m’étais perdue dans mes réflexions si bien que c’est Joe qui me rappelait que c’était à mon tour de commander.

« Ana… Ana ! Allo la lune, ici Joe ! » Je le regardais, l’air un peu paumée, détournant le regard pour chercher le géant des yeux mais il me tournait toujours le dos. Je m’approchais du comptoir et commandais un grand café. Il fallait que je trouve une solution pour entendre parler cet homme, pour voir son visage. Il fallait que je comprenne ce décalage entre mon cœur et mon cerveau. Ce n’était pas comme un coup de foudre, j’avais vécu la situation avec Clay, mais c’était aussi puissant. Je réglais ma commande et me décalais à mon tour pour attendre ma boisson. Me rapprochant de l’homme, c’est son parfum qui cette fois me collait un uppercut. Cette odeur et cette voix allaient de paire. Mais comment reconnaître quelqu’un qu’on est sur de n’avoir jamais rencontrer ?

Il venait de récupérer son café. Faire quelque chose. Réagir. Je plongeais le nez dans mon portable, relevais le regard un quart de seconde pour visualiser l’objectif et faisais quelques pas en fixant l’écran. Impact. Le café du médecin s’écrasa sur le sol, ne faisant heureusement pas trop de dégât sur son pantalon. Et rassemblant mes talents d’actrice, je feintais la gêne et la sympathie. « Je suis vraiment désolée… Vraiment… » J’observais le gobelet à moitié vide alors qu’une serveuse se précipitais déjà. Je proposais mon aide mais la jeune femme refusait que je fasse quoi que ce soit.

Je ne relevais le regard vers le géant qu’à ce moment là. Et ce fut le néant. Je devais avoir l’air bizarre à le dévisager de la sorte mais je cherchais un détail qui me permettrait de le reconnaître. Mais rien. Je ne connaissais pas cet homme. Il avait de beaux traits, faisait même parti de la catégorie des hommes très charmants au charisme indéniable au premier coup d’œil. Mais je ne l’avais jamais rencontré, et j’avais une assez bonne mémoire des visages pour être sûre de moi à cent pour cent. Je me forçais à dire quelque chose avant d’avoir l’air complètement bonne à enfermer. « Je suis vraiment désolée… Laissez moi vous payer un autre café… Joe ? Tu peux refaire le café de monsieur ? » Le patron me faisait un signe de tête et je regardais à nouveau le bel inconnu. « Ce que je peux être maladroite quand je m’y met… » J’étais vraiment désolée. Pas de l’avoir bousculé mais ça il ne le savais pas. J’étais désolée d’avoir du en arriver là pour suivre une impression complètement folle. « Je paierai le pressing… Je tiens vraiment à me faire pardonner… »

_________________
☼ We keep this love in a photograph... ☾

♫ And who are you hiding from? It ain't no life to live like you're on the run. Have I ever asked for much? The only thing that I want is your love. If you're gonna let me down, let me down gently. Don't pretend that you don't want me ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
✔ INSCRIT LE : 11/05/2015
✔ MESSAGES : 27

MessageSujet: Re: Souviens-toi d'oublier... ~ {Pv Anabella}   Jeu 18 Fév 2016, 03:01



Anabella Blake


Luka Kovac


« Chaque blessure laisse une cicatrice, et chaque cicatrice raconte une histoire. Une histoire qui dit : j'ai survécu. »





Joe, je pourrais avoir un cappuccino...

Au caramel, supplément sucré et de la mousse, comme d'habitude Dr Luka ? - me disait l'homme à l'accent Indou face à moi, derrière son comptoir. Je ne comptais plus le nombre d'années qui nous liaient, cet homme et moi. Je crois qu'on peut dire que nous étions amis, à force de se voir aussi fréquemment. Il était l'une des rares personnes à m'apprécier malgré le fait que je n'étais pas un grand bavard. Mais après le service il n'était pas rare non plus que je vienne prendre quelques verres  et c'était un bon moyen de communiquer avec plus de facilité, il faut croire... Croiser des blouses blanches ici était chose courante durant leurs pauses mais cette fois-ci, ce n'était pas mon cas :

Dure journée Dr Luka...

Oui... dure journée. Mais j'ai finis mon service alors je compte bien en profiter un peu... - adressais-je à l'homme avec un petit sourire avant de payer ma commande et patienter quelques instants sur le côté. Je consulta quelques instants mon cellulaire avant de recevoir mon cappuccino qui dégageait une odeur envoûtante, si bien que je ne voyais pas la jeune femme derrière moi et... mon cappuccino finissait sa course sur le sol du Doc Magoo. Un juron fusa en croate d'ailleurs, marmonnée entre mes lèvres rien que pour moi. J'observais dépité mon succulent cappuccino à présent étalé entre mon pantalon et le sol. Mais par chance je n'avais pas été bien touché. D'ailleurs, l'effet avait provoqué un silence dans la salle, au delà de tous ces regards braqués sur nous, la jeune femme que je n'avais toujours pas observé m'adressait ses plus plates excuses alors que les discussions reprenaient leur cours au fur-et-à-mesure :

Je suis vraiment désolée... vraiment...

Ce fut comme un choc, quand j'observais ses beaux yeux pour la première fois. Par le plus grand des hasards je croisais ma comateuse qui n'était plus... une comateuse d'ailleurs. Ses yeux magnifiques me fixèrent alors que je n'avais pas ouvert la bouche de nouveau, tandis que Lilly, la serveuse, s'était précipitée vers nous pour nettoyer le sol avant qu'un malheureux accident ne survienne. C'était déstabilisant, comme situation : Anabella, si je me souvenais bien, me fixait avec tant d'insistance que j'avais presque l'impression qu'elle lisait en moi comme dans un livre, tandis que j'en faisais de même, un peu abasourdie de la voir pour la première fois debout, éveillée, claire, vivante... de longues secondes s'étaient écoulées je crois avant que l'un de nous ne réalise enfin qu'on se fixait sans rien dire. C'était... déstabilisant. Je serrais ma mâchoire, fronça les sourcils machinalement alors que la jeune femme reprenait :

Je suis vraiment désolée… Laissez moi vous payer un autre café… Joe ? Tu peux refaire le café de monsieur ?

Tout de suite ma belle, mais c'est la maison qui offre.

Ce n'est pas nécessaire Joe je...

Luka, tu as dis que tu étais disponible et que tu voulais te reposer. Alors... prend le temps !




Disait l'homme d'un geste qui faisait comprendre que c'était maintenant et ici, et nulle part ailleurs. L'homme me savait célibataire, son petit sourire en coin en disait beaucoup mais c'est son clin d’œil qui en disait d'avantage alors que je retrouvais le regard d'Anabella face à moi :

Je paierai le pressing... je tiens vraiment à me faire pardonner...

Ce n'est pas nécessaire merci... - assurais-je à la jeune femme.

Vous n'avez qu'à vous installer à la table du fond, elle vient de se libérer. On vous apporte vos commandes dans quelques minutes... - nous informa Lilly avec son éternel sourire. J'observais les baies vitrées embuées par la chaleur du snack et l'extérieur où de gros flocons tombaient à présent. Il est vrai que c'était peut-être plus agréable de traîner ici qu'à l'extérieur probablement... On s'y dirigea tandis que le Doc Magoo était bondé de monde. C'est à croire que cette place nous attendait, si bien que je m'installais au fond du sofa en cuir rouge flamme, déposant mon manteau à mes côtés tandis que la jeune femme en faisait de même en face de moi. Je crois qu'elle avait bien comprit que je n'étais pas un grand bavard, qui plus est avec des inconnu(e)s. Ce n'était pas contre elle, ni même pour cette histoire de cappuccino renversé mais c'était simplement ma nature, alors que beaucoup me le reprochait encore aujourd'hui. Et c'est alors que son regard observait la salle, que j'observais le sien discrètement. Ses traits étaient jeunes, moins pâles et dynamiques. Ses yeux clairs ravageurs et pétillants montraient sa bonne santé, et son sourire éclatant devait en charmer plus d'un. D'ailleurs, je n'en avais pas connu la couleur jusqu'à présent. Mis à part le jour de son arrivée aux urgences où je l'avais prise en charge, la pupille de ses yeux trop dilatée ne m'avait pas permise de contempler la couleur de ceux-ci. Je crois que je n'avais pas été fin observateur pour m'en rappeler d'ailleurs. Je m'étais longtemps posé des questions sur cette jeune femme depuis que j'avais appris pour son réveil et son départ de l'hôpital. Qu'est-ce qu'elle avait bien pu devenir depuis ? Comment avait-elle pu reprendre le cours de sa vie d'avant ? Si celle-ci était semblable à quelques mois auparavant, ou non ? Et entre autre, est-ce qu'elle se souvenait ne serait-ce que d'un mot que je lui aurais dit depuis toutes ses semaines ? J'espérais franchement que non. Ca ne m'aurait pas arrangé. C'était d'ailleurs principalement pour cette raison que je ne m'étais pas présenté en disant que j'avais été le médecin en charge de son dossier après son accident. Je n'avais aucune envie qu'elle le sache et cela n'avait que peu d'importance à présent. Mais à trop réfléchir, je croisais son regard qui revenait sur le miens soudainement. Je n'avais visiblement pas été assez rapide pour éviter celui-ci et me faisait griller comme un bleu. Je raclais ma gorge maladroitement, gêné alors que Joe revenait vers nous avec nos nouvelles commandes :

Un cappuccino caramel pour monsieur, le grand café de madame et un petit plus pour le goûter. Bon appétit mes amis ! - disait Joe en nous offrant une pâtisserie à chacun. On le remerciait brièvement alors que l'homme repartait déjà à ses occupations qui n'étaient pas moindres.



[/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
✔ INSCRIT LE : 12/02/2016
✔ MESSAGES : 20

MessageSujet: Re: Souviens-toi d'oublier... ~ {Pv Anabella}   Ven 19 Fév 2016, 01:38


C’était un coup de pouce de la part de Joe qui était le bienvenu. Il n’avait pas les même motivations que moi, je comprenais bien qu’il voulait sous entendre quelque chose mais c’était l’occasion pour moi de discuter avec cet homme dont la voix provoquait chez mois quelque chose d’indescriptible. Si je disais tout ça à haute voix, on me prendrait surement pour une folle. Et la serveuse achevait le plan en nous invitant à nous installer à une table. Je guettais du regard la réaction de Luka, me demandant s’il ne ferait pas en sorte de s’éloigner mais la neige avait eu l’air de le convaincre de se laisser tenter par le cuir rouge des banquettes du café. Je le suivais et m’installais en face de moi, posant mon manteau et ma grosse écharpe à côté de moi. Ne sachant pas quoi dire et le beau brun avare de mots, c’est dans un silence que les premières minutes s’étaient écoulées. Du regard je balayais l’intérieur du café, me rendant compte que mon plan pour aborder Luka avait réussi mais que j’avais oublié de réfléchir à la suite…

Je reposais mon regard sur lui, remarquant au passage qu’il était en train de m’observer. Je ne faisais pas de commentaires même si je me demandais s’il me reconnaissait ou s’il me voyait pour la première fois. Est-ce que c’était possible qu’on se soit rencontré et que je ne m’en souvienne pas ? Je ne comprenais pas cette dissociation entre sa voix, son accent et son odeur familière et son visage totalement inconnu. J’avais presque l’impression de divaguer. J’allais tenter de dire quelque chose quand Joe s’approcha avec nos cafés et des pâtisseries également offertes par la maison. Je remerciais Joe chaleureusement et gagnait du temps en prenant le temps de sucrer mon café et de remuer le breuvage. Par où commencer ?

« Au fait, je m’appelle Ana. » Je lui tendais la main par-dessus la table. Des présentations en bonne et due forme, c’était un bon départ, non ? Je glissais ensuite mes deux mains autour de la tasse pour me réchauffer. « Est-ce que vous aussi vous êtes médecin ou infirmier comme la plupart des gens qui viennent ici, ou est-ce que vous êtes un des rares à occuper votre vie autrement ? » Je souriais doucement avant de tremper le bout des lèvres dans le café brûlant. La pâtisserie me faisait de l’œil dans sa petite assiette et j’en détachais un bout avant de le savourer avec gourmandise. « D’où vient votre accent ? » C’était plutôt direct comme question, mais difficile de ne pas remarquer son accent dès les premiers mots. Je supposais que je n’étais pas la première ni a dernière à lui demander ses origines. Mais si d’autres l’interrogeait par curiosité, moi je me lançais dans une véritable enquête.

_________________
☼ We keep this love in a photograph... ☾

♫ And who are you hiding from? It ain't no life to live like you're on the run. Have I ever asked for much? The only thing that I want is your love. If you're gonna let me down, let me down gently. Don't pretend that you don't want me ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
✔ INSCRIT LE : 11/05/2015
✔ MESSAGES : 27

MessageSujet: Re: Souviens-toi d'oublier... ~ {Pv Anabella}   Dim 06 Mar 2016, 23:59



Anabella Blake


Luka Kovac


« Chaque blessure laisse une cicatrice, et chaque cicatrice raconte une histoire. Une histoire qui dit : j'ai survécu. »





Au fait, je m'appelle Ana.

M'informait la jeune femme en me tendant sa main au dessus de la table pour que j'échange une poignée, ce que je fis sans trop tarder.

Ana. Moi c'est Luka.

Un prénom à la consonance bien particulière ici, à New-York. Mais la ville était très cosmopolite bien qu'il était rare de croiser des croates dans chaque coin de rue. Je me retrouvais quand même, du fait que j'étais loin d'être le seul étranger de la ville. C'était parfois un avantage, parfois un inconvénient aux yeux de certains. Mais j'avais su trouver ma place malgré tout au fil du temps. Bien qu'encore très solitaire, l'hôpital était comme une famille pour moi. Avec des bonnes, comme des mauvaises périodes mais je sais que je pouvais compter sur pas mal de personne en cas de besoins.

Est-ce que vous aussi vous êtes médecin ou infirmier comme la plupart des gens qui viennent ici, ou est-ce que vous êtes un des rares à occuper votre vie autrement ?

Il faut croire que je fais partis du lot..

Disais-je en caressant la tasse du bout d'un doigt doucement. Le breuvage était chaud, de la fumée s'en dégageait depuis son arrivée sur notre table.

Et d'où vient votre accent ?

La question me fit relever le regard en sa direction alors que je marquais un court temps d'arrêt. S'il n'y avait pas eu cette mini tempête de neige à l'extérieur et ce froid glacial qui en paralysait plus d'un sur les routes, j'aurais surement trouvé un prétexte pour filer de là et éviter le questionnaire qui me pendait au nez. Mais étrangement, il faut croire que le joli minois d'Ana pouvait faire son effet sur moi aussi, je tolérais d'avantage que les questions viennent de sa part plutôt que quelqu'un d'autre. Jusqu'à quand, je n'en avais pas la moindre idée, mais cette fois-ci, avec elle, c'était déjà différent qu'avec un parfait inconnu...

Croatie. Je crois qu'il faut être un peu maso pour venir exercer la médecine ici avec un accent aussi pathétique, je sais...

Disais-je finalement dans un sourire. Il faut avouer que j'avais parfois encore pas mal de difficulter à gérer avec mon anglais. C'était délicat dans certaines situations mais cela pouvait être aussi désopilant au travail avec les collègues, quand ils me sortaient des expressions bien « locales » pour m'embrouiller l'esprit et me faire deviner ce que ça pouvait bien dire réellement.

La ville à beau être très cosmopolite, je dois bien avouer que je passe pas forcément inaperçu...

Finissais-je par dire dans un petit rire discret. La situation se détendait un peu, il faut croire que le sourire d'Ana avait réussi à me charmer et me rendre plus docile. C'était étrange cela dit comme situation. Si elle n'avait aucune idée de qui j'étais, je la connaissais pour ma part. Mieux qu'elle ne pouvait le penser je suis certain. Car au fur et à mesure de notre conversation, des détails du dossier m'envahissaient en même temps l'esprit et je me rappelais de mieux en mieux de son cas médical :

Aller... on inverse les rôles, c'est moi qui pose les questions maintenant... et je vais commencer par vous retourner celles que vous m'avez déjà posé : d'où venez vous, et que faites vous dans la vie... ?

Je comptais bien apprendre à connaître Ana et sa nouvelle vie, pour ainsi dire. Si des éléments de sa vie, des détails, me rappelleraient à son dossier ou au contraire, si des éléments nouveaux allaient faire surfaces. C'est qu'avec tous les patients que j'ai chaque jour, je ne peux pas non plus me rappeler de tout le monde. Je désirais en savoir plus sur elle, et si mes questions pouvaient paraître banales aux yeux de tous, je comptais bien - moi aussi - mener ma petite enquête, le temps de boire ce délicieux cappuccino...






Dernière édition par Luka Kovac le Lun 14 Mar 2016, 23:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
✔ INSCRIT LE : 12/02/2016
✔ MESSAGES : 20

MessageSujet: Re: Souviens-toi d'oublier... ~ {Pv Anabella}   Jeu 10 Mar 2016, 19:05


J’aimais bien son prénom. C’était doux. Une autre façon subtile de prononcer ce nom. Sans le « s » de Lucas. L’accent du médecin avant quelque chose de charmant. « Enchantée Luka. » J’avais espéré un moment que son prénom m’éclaire un peu plus sur cette drôle d’impression qu’avait semé sa voix en moi mais rien. Pas d’éclair de génie.
Il était médecin, c’était peut être de là que je le connaissais mais j’avais une bonne mémoire et je ne me souvenais pas de l’avoir croisé à l’hôpital pendant que j’étais patiente. Ni récemment depuis que je rendais visite aux malades. Luka restait donc une énigme.

Je m’étais permise de l’interroger sur les origines de son accent. Et quand il parlait de ce dernier en le traitant de pathétique, je ne parvenais pas à cacher ma surprise. « Il n’est pas pathétique ! Pas du tout ! » C’était sincère et pas guidé seulement par cette boule au ventre que j’avais dès qu’il parlait. « Un accent ça donne du charme. Je suis sûre que ça fonctionne à merveille. » J’avais souris doucement avant de goûter à mon cappuccino avec gourmandise.

Je n’arrivais quand même pas à comprendre ce qu’il se passait. Ça n’était pas un coup de foudre, ce n’était pas ça même si ça en avait toute les caractéristique d’inattendue et de puissance des émotions. Mais sa voix je la connaissais. J’en étais sûre. Mais puisque Luka ne semblait pas me reconnaître, je devais probablement débloquer. C’était peut être une conséquence du coma, cette sensibilité acoustique exacerbée depuis. Je devais peut être me mélanger les pinceaux.

Cette fois, c’est moi qui avais le droit à un retour de question. Je souriais amusée et acceptais de passer aux aveux. C’était de bonne guerre et puis si je me dévoilais aussi un peu, Luka trouverait moins louche que je lui pose autant de questions et serait plus enclin à répondre. « Je suis de New York. J’ai toujours vécu ici. » Un parcours bien moins vaste que Luka. Je ne venais pas de l’autre bout de l’Atlantique. « Et je suis soigneuse animalière. Je travaille au Zoo de New York. » C’était toujours un plaisir d’évoquer mon métier. « Je m’occupe du secteur des oiseaux. Les perroquets, les chouettes, les rapaces… » Je pouvais m’occuper d’autres secteurs mais j’avais hérité des responsabilité du secteur des oiseaux ce qui me convenait parfaitement.

_________________
☼ We keep this love in a photograph... ☾

♫ And who are you hiding from? It ain't no life to live like you're on the run. Have I ever asked for much? The only thing that I want is your love. If you're gonna let me down, let me down gently. Don't pretend that you don't want me ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
✔ INSCRIT LE : 11/05/2015
✔ MESSAGES : 27

MessageSujet: Re: Souviens-toi d'oublier... ~ {Pv Anabella}   Lun 14 Mar 2016, 23:48



Anabella Blake


Luka Kovac


« Chaque blessure laisse une cicatrice, et chaque cicatrice raconte une histoire. Une histoire qui dit : j'ai survécu. »





Un accent ça donne du charme. Je suis sûre que ça fonctionne à merveille.

Je me sentais rougir petit à petit et cette fois-ci, ma barbe de 3 jours n'était pas là pour me couvrir. J'esquissais néanmoins un petit sourire en coin à son allusion et buvais une gorgée de mon breuvage encore chaud. Je lui posais en retour les même questions, histoire que notre sujet de conversation ne tourne pas autour de moi bien longtemps. Par nature pudique et mystérieuse, je n'aimais pas ça. Je n'en voulais pas à Ana, la jeune femme était trop agréable pour que je lui en veuille mais c'était une sorte de protection de mon intimité, ma vie, et surtout mon passé que j'aurais voulu garder dans l'obscurité la plus totale. Seulement chaque jour je pensais à mes enfants, à ma femme, parti depuis des années tous les trois au nom des atrocités de la guerre. Quoi qu'il en soit Ana connaissait mon histoire sans le savoir et pour rien au monde je souhaitais qu'elle s'en rappelle. C'était bien la seule chose qui m'effrayait à l'idée de la revoir un jour. Mais New-York était une grande ville, et il était peu probable que ce soit le cas...

Et je suis soigneuse animalière. Je travaille au Zoo de New York. Je m’occupe du secteur des oiseaux. Les perroquets, les chouettes, les rapaces…

Oh, c'est un travail peu commun... - disais-je un peu surpris ne me souvenant pas de ce détail là dans son dossier. Après tout ce temps il faut croire que j'avais oublié plus de la moitié de son dossier médical, mit à part le fait que son coma avait été terriblement long bien qu'Ana semblait s'en être remise convenablement. Son sourire si souvent présent était l'une des choses qui m'avait le plus marqué depuis notre rencontre, peu banale dirons nous, d'il y a quelques longues minutes maintenant.

A voir vos yeux pétiller je suppose que c'est avant tout une passion plus qu'un « gagne pain ». - disais-je en souriant doucement, finissant mon cappuccino. - Et vous avez toujours fait ce mét....

Luka ? - interrompait la petite voix d'Abby avant même que je ne finisse ma phrase. Les bras croisés, frigorifiée et essouflée, tentant de garder le peu de chaleur qu'il lui restait depuis l'hôpital, de l'autre côté de la rue, Abby reprenait – J'ai un cas assez délicat dont je m'occupe et son dossier médical dit que c'est toi qui t'en ai chargé il y a quelques mois.. est-ce que tu pourrais venir voir quelques petites minutes pour me dire plus de détails ? L'histoire de ce monsieur est assez flou j'ai l'impression qu'il me ment. C'est assez urgent.. je suis désolée de vous déranger...  au fait moi c'est Abby, enchantée.

Disait la jeune femme en se présentant aimablement à Ana d'un sourire un peu stressée mais surtout congelé par ce froid persistant de ces dernières semaines.

Abby... - disais-je en râlant un peu, déçu que le mot « congé » s'arrête si rapidement dans mon emploi du temps.

Je sais Luka, je te revaudrais ça c'est promis !

Ok... j'arrive Abby... - disais-je en la prévenant du regard de partir avant moi alors que je n'allais pas tarder à la suivre. Elle saluait de nouveau Ana et repartait à pas de course :

C'est à croire que je suis faible, je n'arrive pas à leur résister... - disais-je en autodérision avant de sourire à Ana en relevant les yeux en sa direction. Je m'habillais de nouveau et poussais doucement d'un geste de main l'assiette pour lui proposer le gâteau de Joe que je n'avais finalement pas mangé :

Je suis désolé de vous quitter comme ça, c'est plutôt impoli mais... le devoir m'appelle comme on dit. Je vous souhaite une bonne continuation Anabella pour la suite...

Un blanc c'était rapidement installé, comme si plus personne n'était présent dans le restaurant. Je crois que j'avais sentis le malaise venir bien avant elle mais tentant de le dissimuler du mieux que je pouvais, je faisais mine de rien et lui souriais doucement, enfilant mon écharpe avant de la saluer une dernière fois et tourner les talons :

Au revoir.. prenez soin de vous.

Je filais du restaurant sans forcément lui avoir laissé le temps de rajouter une quelconque phrase par la suite. Ce que je pouvais être stupide... son regard m'avait laissé le doute. Est-ce qu'elle se rappelait de quoi que ce soit ? Ou bien n'avait-elle tout simplement rien remarquée ? … Il fallait que j'oublie ce faux pas. De toute façon, peut importe, je n'avais très certainement plus la revoir de ma vie...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Souviens-toi d'oublier... ~ {Pv Anabella}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Souviens-toi d'oublier... ~ {Pv Anabella}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti : Se défouler pour oublier la misère...noire
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Prendre furtivement sa main, Oublier un peu les copains...
» Faut il tourner la page et oublier ???
» Souviens toi l'été dernier ― Alaska & Danjel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New York Excelsior :: New York City :: Manhattan :: New York Hospital-